Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog UNION LOCAL 05 CNT AIT

BLOG DE l'UNION lOCAL 05 HAUTES ALPES CNT-AIT .divers , anarchisme et anarchosyndicalisme , luttes et réflexions

Rassemblement Anti-nucléaire à Gap samedi 26 Octobre

Publié le 25 Octobre 2013 par cnt-ait-05.over-blog.com

Alors que la direction de Tepco, l'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima, ne parvient pas à garantir la sécurité de ses travailleurs, exposant 6 d'entre eux directement à l'eau contaminée, ses communicants veulent nous persuader que le passage du typhon Wipha n'a eu aucune incidence.

Les mêmes mots rassurants après les 15 et 16 octobre qu'après le premier typhon du 16 septembre.

Pourtant, il n'a pas fallu deux typhons pour qu'au mois d’Août Tepco doivent reconnaître l'existence de fuites se multipliant.

Pourtant, les immenses réservoirs construit à la hâte ne peuvent empêcher qu'une grande partie de cette eau ne se déverse dans l’océan.

Pourtant, cette communication ne peut masquer un taux de radioactivité record et mortifère dans la terre et les eaux autours de la centrale. Une eau qui se répand à des milliers de milles à la ronde. Une eau qui mettra des milliers d'années à s'épurer.

 

Un taux de radioactivité record pour des milliers d'années, c'est ce que connaît aujourd'hui la Bretagne.

Pendant 30 ans, 22 mines d'uranium y ont été exploitées. Si ces sites font l'objet d'une attention très soutenues par AREVA, prouvant leur potentiel nocif, l'eau des pompes et les remblais ont été déversé dans la nature sans retraitement. On retrouve aujourd'hui cette radioactivité mortellement exubérante sous les routes et les chemins de randonnées, dans les cours des fermes et les terrains de pétanques, dans les poissons péchés et les champignons ramassés.

 

C'est pour affirmer que nous ne sommes pas dupes et exiger l'arrêt immédiat de l'exploitation de cette énergie incontrôlable que nous vous invitons à nous rassembler et discuter ce samedi 26 octobre 2013 à 11H, esplanade de la Paix, à Gap.


Commenter cet article